Argumentaire de base Workfair50+ Comité d'initiative 

     

Initiative populaire fédérale

"Prévoyance professionnelle -

Un travail plutôt que la pauvreté"

1.

De façon manifeste, le fait que les cotisations au 2ème pilier représentent généralement une dépense   équivalant à 18% du salaire pour les employés de 55 ans ou plus, est objectivement une pénalisation en défaveur de ces derniers sur le marché du travail, le taux étant inférieur (voire très nettement inférieur) pour les employés plus jeunes.

2.

Cette pénalisation tend à conduire ceux qu'on désigne par "seniors", plus que d'autres, vers un licenciement lors de mesures de   restructurations où sont visées des réductions de coûts.

3.

Après ledit licenciement, ces demandeurs d'emploi soi-disant âgés ne disposent de pratiquement aucun argument pour contrebalancer le surcoût en question lié au système actuel de prévoyance professionnelle.

4.

L'initiative envisagée vise essentiellement, à terme, la suppression de cet effet pervers du système LPP en vigueur. Elle le fait dans des termes généraux qui fixent un principe d'équité où le législateur et les partenaires sociaux conservent toutes leurs compétences et leurs responsabilités.

5.

Ledit principe mettrait fin à la pénalisation susmentionnée, qui, dans un cadre plus large, conduit à la constitution d'une véritable bombe sociale à retardement. On observe des fins de parcours professionnels se transformant de plus en plus en exclusions de la société, d'une part, la naissance d’un conflit potentiel entre générations, d'autre part.

6.

Les initiants sont conscients qu'un taux unique, indépendant de l'âge, entraînerait vraisemblablement des cotisations plus élevées au début des parcours professionnels, surtout en valeurs relatives. Toutefois et en valeurs absolues, les projections informelles effectuées, toutes autres choses étant égales par ailleurs, montrent que les montants en jeu (quelques dizaines de francs par mois pour des rémunérations usuelles) restent dans le domaine du raisonnable.

7.

Au demeurant, le second principe d'équité proposé, à savoir l’affiliation au 2ème pilier dès que l’on cotise au 1er, réduirait le taux (donc les montants) des cotisations à considérer. Pour les caisses de pension, le système d'une prévoyance professionnelle par capitalisation est ainsi renforcé sans plus de frais de traitement puisqu'elles prélèvent déjà les cotisations risques (décès et invalidité).

8.

La proposition principale ressort d'une logique dont aucune autre mesure alternative en discussion (mesures du marché du travail, coaching par des "Mentors", préférence indigène, interdictions d'âge limite dans les annonces, prolongation des délais de congé, etc.) ne peut se prévaloir.

9.

Pour les employeurs et pour les caisses de pension, la disparition de taux différenciés par rapport à l'âge faciliterait le calcul des cotisations. C'est une rationalisation accompagnée d’une diminution des coûts de traitement.

 

Pour toutes informations, veuillez contacter le comité romand via : Diese E-Mail-Adresse ist vor Spambots geschützt! Zur Anzeige muss JavaScript eingeschaltet sein!

 

Initiative populaire fédérale

"Prévoyance professionnelle -

Un travail plutôt que la pauvreté!" 

 

La constitution est modifiée comme suit : Art. 113, al. 3bis

3bis Les bonifications de vieillesse sont calculées sur la base d’un taux unique, quel que soit l’âge de l’assuré. Les personnes exerçant une activité lucrative sont tenues de payer des cotisations à compter du 1er janvier de l’année qui suit la date à laquelle elles ont eu 17 ans.

 

Selon l'étude du CS "Sorgenbarometer 2017" 44% des Suisses sont inquiets de se voir tomber au chômage et de l'évolution de la pauvreté due à l'âge dans notre pays.

 

 

Un taux de cotisation unique dans la LPP !

 

  • Contre la discrimination par l’âge et le remplacement des 50+ par une force de travail plus jeune et moins chère !
  • Contre le chômage et la mise en fin de droit des 50+ en raison de cotisations sociales LPP progressives et trop élevées pour les employeurs !
  • Contre la pauvreté due à l‘âge et l’exclusion des 50+ du marché suisse avec pour conséquence la perte de consommateurs et de création de valeur dans notre pays!
  • Contre le transfert des coûts des 50+ (à savoir des centaines de millions de francs) sur les cantons, les communes et les contribuables (avec des charges de subsistance, de soins, de maladie et de logement à la pré-retraite) au lieu de payer ces coûts par l’intermédiaire de la réinsertion dans le marché du travail !
  • Contre la mise à l’écart des 50+ et leur renvoi croissant à l’aide sociale de par le rachat et l’utilisation prématurée des avoirs auprès de leur caisse de pension !
  • Contre la dégringolade sociale et la perte de solution alternative pour les 50+ à l’aide sociale en l’absence de LACI complémentaire dès 55 ans (qui pourrait être un modèle alternatif à l’aide sociale, voie de garage pour beaucoup de 50+ , dont 31,3% ne retrouvent plus de travail )!
  • Contre la mise à l’écart et le rejet systématique des connaissances et des compétences des 50+. Une conjugaison entre l’enthousiasme de la jeunesse et l’expérience des anciens assurerait à nos entreprises un succès certain à long terme, au travers d’une cohésion intergénérationnelle !
  • Contre le déficit de l’offre de formation offerte par les ORP pour les 50+, d’une part, le manque de solutions spécifiques pour inciter les entreprises à engager des 50+, d’autre part !

 

Aidez-nous à ne plus discriminer !

  

Entre 2005 et 2016, il y a eu une augmentation de 62% des 50+ à l’aide sociale, à savoir une évolution de 34'000 à 55'000 citoyens sur la période !

Entre 2005 et 2016, les dépenses de l’aide sociale ont augmentée de 1,755 Mia CHF à 2,722 Mia CHF, soit de plus de 55% !

En 2016, 20% des affiliés à l’aide sociale sont des 50+ !

En 2016, seulement 13,7% des 50+ en fin de droits retrouvent un véritable emploi sur le marché du travail et 31,3% ne retrouveront jamais du travail !

Entre 2005 et 2016, 360'000 contribuables suisses ont ainsi cessé de l’être. Cela correspond à dix stades St-Jacques de Bâle à guichets fermés ou à la population du canton du Tessin ou des villes de Genève et Lausanne réunies.

 

Si vous êtes concerné et pour une cotisation de 10 CHF, vous devenez membre de l'association afin de soutenir notre combat pour la non-discrimination des 50+ sur le marché du travail dans notre société et vous bénéficiez de nos services.

Si vous vous sentez solidaire, devenez donateur de l’association par un versement de 50 CHF. Vous pouvez aussi contribuer à nos projets de réinsertion des 50+ en fin de droit par un don ou soutenir l’initiative par un sponsoring. Merci d’avance pour votre précieux soutien !

 

Association Workfair 50+

Numéro IBAN CH38 0844 0257 0238 6200 3

Merci beaucoup de votre soutien!